Chirurgie de la Hanche

Index de l'article

Le but d’une PTH est de faire disparaître la douleur et aut symptômes, d’améliorer le fonctionnement et de permettre une vie meilleure aux patients souffrant d’arthrite ou d’un problème orthopédique de la hanche. La chirurgie de prothèses totales de hanche a débuté dans les années soixante; depuis on cherche sans relâche à apporter des améliorations et des innovations.

Aujourd’hui, la mise en place d’une PTH est une intervention de routine avec d'excellents résultats cliniques. La tête fémorale endommagée de la hanche arthrosique est retirée et remplacée par une boule en métal ou en céramique, fixée sur une tige en métal immobilisée (avec ou sans ciment) dans la diaphyse fémorale. On place également un cotyle en métal avec du polyéthylène ou de la céramique à la hauteur de l’acétabulum (la cavité cotyloïdienne de l’articulation). Les deux composants forment ensemble une nouvelle articulation.

En se servant le plus souvent d’un ensemble métal-sur-plastique, le chirurgien orthopédiste crée une nouvelle articulation “boule/ cotyle”. Cette articulation doit pouvoir fonctionner de façon très souple et sans douleur. Depuis ces vingt dernières années, la chirurgie de prothèses totales de hanche a connu d’importants progrès. Différents types de prothèses sont utilisés. Les matériaux les plus utilisés actuellement sont les alliages de chrome et de cobalt et/ou les alliages de titane. Ce sont des métaux d’une grande qualité, développés initialement pour l’industrie aéronautique et aérospatiale et adaptés aujourd’hui à des fins orthopédiques. On utilise un polymère plastique d’une densité élevée, appelé “polyéthylène”. Chez des patients actifs et plus jeunes, on utilise de la céramique ou du métal.